Cultures

Cinquantenaire

« Pendant l’Occupation, l’une des activités favorites de Céline fut d’écrire, souvent sous forme de lettres, pour les hebdomadaires les plus virulents de la collaboration; il reprochait vigoureusement aux Français, dans leurs colonnes, de ne pas faire preuve d’antisémitisme assez violent; il souhaitait ainsi voir les dénonciations se multiplier.

Ernst Jünger eut l’occasion de le rencontrer longuement à l’Institut allemand, par un après-midi de décembre 1941. Céline confia à son interlocuteur « combien il [était] surpris, stupéfait, que nous, soldats, nous ne fusillions pas, ne pendions pas, n’exterminions pas les juifs. […] stupéfait que quelqu’un disposant d’une baïonnette n’en fasse pas un usage illimité ». Et Céline d’ajouter : « Si je portais la baïonnette, je saurais ce que j’ai à faire. » Jünger écrit qu’il avait appris là quelque chose (après deux heures de conversation) : « la monstrueuse puissance du nihilisme ». Céline et ses semblables ne voyaient dans la science qu’un moyen de tuer d’autres gens. (On se demande toutefois s’il était vraiment nécessaire à un Allemand de traverser le Rhin pour rencontrer ce genre de personne.) »

Herbert R. Lottman, La Rive gauche

https://orbispictura.files.wordpress.com/2011/01/expressioncc3a9linienneparfabienperronnet.jpg?w=300

Fabien Perronnet, Expression célinienne

Photo empruntée au site Le Petit Célinien

2 réflexions au sujet de “Cinquantenaire”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s