Cultures

Nostalgie

Ô triste, triste était mon âme…

VII

Ô triste, triste était mon âme
À cause, à cause d’une femme.

Je ne me suis pas consolé
Bien que mon cœur s’en soit allé,

Bien que mon cœur, bien que mon âme
Eussent fui loin de cette femme.

Je ne me suis pas consolé
Bien que mon cœur s’en soit allé.

Et mon cœur, mon cœur trop sensible
Dit à mon âme : Est-il possible,

Est-il possible, — le fût-il, —
Ce fier exil, ce triste exil ?

Mon âme dit à mon cœur : Sais-je
Moi-même que nous veut ce piège

D’être présents bien qu’exilés,
Encore que loin en allés ?

Paul Verlaine (1844 – 1896), Romances sans paroles, « Ariettes oubliées »

https://i1.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/destiny.jpg

John William Waterhouse (1849 – 1917), Destiny (détail)

4 réflexions au sujet de “Nostalgie”

  1. Bonjour Agnès
    J’apprécie tellement Verlaine .Cette musique te prend et t’élève vers d’autres cieux.
    Le portrait est toujours d’à-propos .
    merci
    Bon dimanche
    Bises

  2. merci Agnès pour ce joli poème et ce beau tableau .
    bon dimanche sous le soleil et un ciel bleu sans nuages ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s