Vous avez du talent

Une broderie en situation

Il y a quelques mois je vous avais montré le diagramme réalisé d’après le portrait du bel Eston :

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/malinois_eston.jpg

Eston est un berger malinois qui appartient à Karine G., une brodeuse qui me fait confiance depuis de nombreuses années; tous deux pratiquent le ring, une discipline sur laquelle j’ai demandé des précisions à Karine, qui a eu la gentillesse de rédiger un topo en deux parties, que vous trouverez ici et .

Deux photos issues du document, très bien fait :

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/saut.JPG

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/ring_2.JPG

Voici Karine avec Eston :

https://i2.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/karine_eston.JPG

La veste, de plus près :

https://i1.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/karine_eston_detail.JPG

Un grand merci à vous Karine !

Broderies

Envie de printemps…

Tout est blanc sur le Nord-Isère; j’ai eu envie de broder des fleurs et des couleurs vives – descente en rappel dans le stock de kits, avec lampe frontale et étonnement gêné devant les achats accumulés en vingt-cinq ans, pour ressortir avec un kit de Vervaco sorti en 2002 :

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/Vervaco_-_Rosiers_grimpants.jpg

J’en suis là :

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/rosiers_2012.JPG

J’aime beaucoup les dessins de Vervaco – ils arrivent à faire quelque chose de réaliste avec 25 couleurs, là où j’en mettrais 15 de plus…

Il reste du travail https://i0.wp.com/smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/pom-pom-girl.gif

Cultures

Correspondances

Le violoncelle de Duarte avait la couleur dorée du caramel, et produisait un son aussi chaud et riche que la teinte de son bois. On aurait dit une voix humaine. Pas le roucoulement aigu des chanteurs d’opéra ou de tous ceux qui chantent sur scène, mais plutôt la voix apaisante d’un pêcheur qui chantonne en réparant ses filets, ou celle d’une mère qui endort d’une berceuse ses enfants fatigués.

Quand le violoncelliste a entamé un crescendo sur une des cordes les plus graves, j’ai ressenti une étrange sensation, à la fois agréable et dérangeante. Un peu comme si je tenais un chat dans mes bras et que son ronronnement résonnait en moi. Plus j’écoutais, plus cette sensation s’amplifiait; j’avais l’impression que le vibrato du violoncelle me transperçait, me creusait dans la poitrine un petit trou qui me causait une douleur aussi réelle que n’importe quelle blessure. J’avais peur de ce qui pourrait tomber par ce trou, mais je ne voulais pas non plus qu’il se referme.

Quand Duarte est monté dans les aigus, je l’ai suivi. Je l’ai regardé se pencher sur son instrument pour atteindre les notes les plus périlleuses, comme un potier assis qui entoure de ses bras l’argile pas encore façonnée et la débarrasse de ses premières couches, révélant plus qu’il ne crée. El Nene ressemblait à un acteur, un homme de spectacle – talentueux, d’ailleurs, capable d’accepter un rôle et de se montrer à la hauteur des attentes du public. Mais Duarte évoquait plutôt un artisan – le genre d’artisan qu’on m’avait appris à respecter.

Pendant que j’écoutais, mon nez a commencé à me démanger, signe de l’arrivée imminente des larmes. J’étais horrifié à l’idée qu’Enrique puisse me voir pleurer. J’ai cligné très fort des yeux, sans succès. Alors j’ai serré les doigts sur le bord de ma chaise en bois, dans l’espoir qu’il s’y planterait des échardes qui nécessiteraient soudainement toute ma douloureuse attention. Comme cela non plus n’a pas fonctionné, j’ai entamé dans ma tête un petit jeu consistant à goûter les cordes de Duarte au fur et à mesure qu’il jouait. La plus épaisse et la plus grave, le do : chocolat amer. Le sol, à côté : quelque chose d’animal, comme du chèvre chaud. Le : tomate mûre. Le la, fin et aigu : citron acide, à manier avec précaution. Les notes les plus hautes, tout près du chevalet, pouvaient faire mal, mais Duarte tempérait leur piqûre par un doux vibrato.

Le violoncelle contenait tout ce que je connaissais, tout un monde de saveurs et de sensations, et bien d’autres choses que je ne connaissais pas. Après avoir regardé El Nene, j’avais eu envie de le voir jouer encore. Mais après regardé Duarte, j’avais envie d’entre lui.

Andromeda Romano-Lax (née en 1970), Le Chant de la nuit – traduction d’Anne Guitton

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/john_white_alexander_a_ray_of_sunlight_the_cellist.jpg

John White Alexander (1856 – 1915), A Ray of Sunlight ( The Cellist)

Crayons, pinceaux et bricolages

Mademoiselle Lapine

Il y a quelques mois j’avais trouvé par hasard un joli patron gratuit de lapin en peluche sur ce site : http://sew4home.com/projects/fabric-art-a-accents/848-lil-softee-pal-chocolate-bunny

Click to Enlarge

Comme je ne sais pas coudre, ma maman a eu la gentillesse d’assurer toute la partie couture; je me suis chargée de la décoration :

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/bunny_girl_devant.JPG

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/bunny_girl_dos.JPG

Il me reste à en faire un autre, un Monsieur Lapin cette fois…

Mon métier

Vaste projet

Il y a quelque temps une fidèle cliente, habituée des projets d’envergure, m’a demandé une adaptation au point de croix d’une partie des fresques du château de la Manta dans le Piémont, que vous pouvez découvrir ici ; quelques photos empruntées au site dont je viens de donner le lien :

https://i0.wp.com/peintures.murales.free.fr/fresques/Italie/Piemont/Valle_Varaita/Manta/chateau-s/Manta-chateau-sallebaronale-ens-s.jpg

https://i0.wp.com/peintures.murales.free.fr/fresques/Italie/Piemont/Valle_Varaita/Manta/chateau-s/Manta-chateau-sallebaronale-femme10-s.jpg

Nous sommes tombées d’accord sur ce montage :

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/manta.jpg

Si vous vous interrogez sur le filigrane dollar, je ne suis pas devenue une ayatollah du capitalisme débridé – j’utilise seulement la version d’évaluation du logiciel Vuescan…

Voilà où j’en suis de la transcription :

https://i1.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/manta_1312.JPG

Il reste du travail !

Cette fiche sera commercialisée.