Cultures

Amours

J’ai rêvé tellement fort de toi,
J’ai tellement marché, tellement parlé,
Tellement aimé ton ombre,
Qu’il ne me reste plus rien de toi,
Il me reste d’être l’ombre parmi les ombres
D’être cent fois plus ombre que l’ombre
D’être l’ombre qui viendra et reviendra
dans ta vie ensoleillée.

Robert Desnos (1900 – 1945), à sa femme, au camp de Theresienstadt

https://i2.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/Vancouver-Riot-Kissing-Couple1.jpg

Richard Lam, Vancouver riot kissing couple (juin 2011)

Publicités
Mon métier

Fresque de la Manta – le cinquième personnage

Cette fois je montre le cadre en entier, parce que j’arrive presque au bout de la fresque :

https://i1.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/manta_1502.jpg

Vous pouvez voir la fresque plus en détail en cliquant ici

Il me reste à retranscrire deux arbres fruitiers et un personnage et le travail sera terminé.

Broderies

Deuxième vignette

J’ai brodé l’encadrement de la deuxième vignette sur ma bannière de printemps :

https://i1.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/easter_1102.JPG

Ces modèles sont de la créatrice britannique Lesley Teare et sont disponibles sur The Making Spot. Je les brode en deux brins de fil sur la toile aïda 5.5 vintage ciel. Je rajouterai un peu de tissu en haut et en bas, je l’ai déjà choisi (chez Atelier d’art Gala) :

https://i2.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/liberty.JPG

Sur la pointe de la bannière je coudrai sans doute ce bouton (chez Tendance et création) :

https://i2.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/lapin_bois.JPG

Au travail !

Cultures

Cirque

Le truc le plus pénible, avec l’éducation physique, c’est que je suis obligé d’y aller, maintenant. Pendant les trois premières semaines du trimestre, ce que j’ai fait, c’est que je débarquais à la salle de gym avec le short blanc et le maillot idiot qu’ils nous forcent à mettre, et qui me fait des bras tout maigres, mais je gardais mes grosses chaussures de ville, et le nouveau prof de gym, Mr Rawlings – qui est aussi dingue que Mallison-le-Cinglé, et tous les autres profs de gym que j’ai eus, et il serait plus à sa place dans une cage à Bertram Mills, à recevoir des bananes – il me voyait arriver comme ça et me faisait eh bien Coyle, vous avez oublié vos chaussures, hein ? Dans ce cas, vous n’allez pas pouvoir participer au cours, petit imbécile : allez vous asseoir contre les barres d’exercices et regardez les autres. Il est tellement abruti qu’il lui a fallu trois cours pour comprendre que ce n’était pas moi l’idiot, mais lui – et maintenant, il fait eh bien nous allons tous devoir patienter pendant que Mister Coyle retourne à son casier pour prendre ses chaussures de gymnastique – alors allez-y, Coyle, espèce de petit flemmard, et vite : je compte. Si dans deux minutes chrono vous n’êtes pas revenu, je vous colle vingt pompes à faire. Il est répugnant, avec du poil qui lui sort de sous les bras, un maillot affreux, et le cou plus large que la tête.

[…] Je hais l’éducation physique. C’est bête. On fait ces trucs-là, et on attrape chaud, et on se brûle les bras et les jambes sur cette saloperie de tapis, tout ça parce que Rawlings-le-Cinglé a décidé qu’on devait faire ça. Il devait être général pendant la guerre, il commandait aux Allemands, même si on n’est pas allemands, ce qui est le bon sens même, comme dirait Meakins-le-Grincheux.

[…] J’ai coincé mes pieds sur le gros nœud en bas de la corde, et la corde, elle sent les Shreddies, qui ressemblent à des petits oreillers, mais en raphia, comme celui avec lequel Annette fait des cahe-pot en activités libres. S’il y avait des gros nœuds comme ça tout au long, ce ne serait pas si dur. Et de toute façon, quel intérêt de grimper à une corde ? Quand on veut monter quelque part, on peut passer par l’escalier ou prendre l’ascenseur et monter comme une fusée, comme chez Selfridges. En plus, Rawlings-le-Cinglé est là, à coté de moi, avec ses poils qui dépassent et tout, et il me crie dans l’oreille allez, plus haut ! Allez, mon gars ! Allez, espèce de fillette ! Il faudrait qu’il se décide.

Joseph Connolly (né en 1950), L’amour est une chose étrange – traduction d’Alain Defossé

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/doisneau3.jpg

Robert Doisneau (1912 – 1994), L’ennui

Sur la terre et dans les cieux

Brrr…

https://i2.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/fontaine_8.JPG

https://i1.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/fontaine_9.JPG

https://i2.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/fontaine_1.JPG

https://i1.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/fontaine_4.JPG

https://i1.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/fontaine_6.JPG

https://i2.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/fontaine_3.JPG

https://i2.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/fontaine_5.JPG

https://i1.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/fontaine_2.JPG

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/fontaine_7.JPG

Je vous aurais bien pris la fontaine de pied en cap mais ça m’aurait obligée à me tenir au milieu du seul carrefour de mon villagehttps://i1.wp.com/images.doctissimo.fr/1/foire-smileys/photo/thumbnail/1697893169/150935407ab/foire-smileys-effraye-tns0.gif  Sinon on a de l’humour chez Citroën : au démarrage, le thermomètre de ma Picasso affichait un vaillant 40°  https://i1.wp.com/www.bladi.net/forum/images/smilies/quoi.png

En fait il fait – 11… Vous le savez sûrement mais vous sollicitez moins le moteur au démarrage si vous débrayez en allumant le contact, par ces grands froids c’est utile mecanicien

Bon, Agnès, tu as assez joué avec les smileys… Smiley boulaygrain.png