Cultures

Art-thérapie

Vers la fin de son séjour, il se fit une amie, et, tous les soirs où ils dînaient ensemble, elle lui répétait son histoire. Il l’avait rencontrée en art-thérapie et, depuis, ils s’asseyaient l’un en face de l’autre à une table pour deux au réfectoire, à bavarder comme un couple qui se retrouve pour un rendez-vous ou encore, étant donné les trente ans de différence d’âge, comme un père et sa fille, même si c’était à propos de sa tentative de suicide. Le jour où ils s’étaient rencontrés, deux jours après qu’elle fut arrivée à l’hôpital, ils étaient tous les deux seuls dans la salle de dessin, avec la thérapeute qui, comme si l’on était au jardin d’enfants, leur avait donné à chacun des feuilles de papier blanc et une boîte de pastels pour qu’ils puissent jouer avec, en leur disant de faire le dessin de leur choix. Il ne manquait, s’était-il dit, que les petites tables et les petites chaises. Pour faire plaisir à la thérapeute, ils avaient travaillé en silence pendant un quart d’heure, puis, toujours à cause d’elle, chacun avait écouté avec attention les réactions de l’autre à son dessin. Elle avait dessiné une maison et un jardin, et lui, le portrait de lui-même en train de dessiner : le portrait, avait-il dit à la thérapeute lorsqu’elle lui avait demandé ce qu’il avait fait, d’un homme qui a craqué, qui se fait interner, qui va à une séance d’art-thérapie et à qui la thérapeute demande de faire un dessin. « Et si vous deviez donner un titre à votre dessin, Simon, qu’est-ce que ce serait ? – La réponse est toute trouvée. « Qu’est-ce que je peux bien foutre ici ? » »

Philip Roth (né en 1933), Le rabaissement – traduction de Marie-Claire Pasquier

https://i1.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/1-escher-keyimage.jpg

Maurits Cornelis Escher (1898 – 1972), The Mathemagician

6 réflexions au sujet de “Art-thérapie”

    1. J’essaie d’emprunter tous les livres de Philip Roth, j’espère qu’un jour il fera l’objet d’une édition complète et là je pense que je me l’offrirai 😉 Merci de ta visite Annick.

  1. Bonjour Agnès
    Enfin me voici revenue.
    Travaux sur la route, dans la maison, famille en transhumance , des allers et retours, bref du mouvement ! Trop ! Un moment de répit et le Net est à moi pour quelques minutes !!!
    J’ai réussi à lire presque tout sur ton blog et j’apprécie aujourd’hui. J’aime beaucoup the mathemagician. Je n’ai pas lu le rabaissement.pas encore
    merci du partage, j’espère que tu vas bien ainsi que les tiens
    Bises et bonne fin de dimanche très ventée en Normandie. J’adore le vent, je suis servie !

    1. Je suis heureuse de te relire Edwige ! Très venteux cette nuit également en Isère, nous étions même en alerte orange. J’étais en Savoie cet après-midi, certaines forêts le long de l’autoroute étaient sens dessus dessous ! Je préférais quand Philip Roth écrivait des pavés mais dès que je peux emprunter un de ses livres, même parmi les récents, je ne boude pas mon plaisir…

  2. coucou, j’ai à faire 2 puzzles de M. Escher… dessiner et reptiles… un défit pas facile 1000 pièces, que je commence et arrête… trop difficile…. bises et bon dimanche

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s