La Chimère

Une jeune chimère, aux lèvres de ma coupe,
Dans l’orgie, a donné le baiser le plus doux ;
Elle avait les yeux verts, et jusque sur sa croupe
Ondoyait en torrent l’or de ses cheveux roux.

Des ailes d’épervier tremblaient à son épaule ;
La voyant s’envoler, je sautai sur ses reins ;
Et, faisant jusqu’à moi ployer son cou de saule,
J’enfonçai comme un peigne une main dans ses crins.

Elle se démenait, hurlante et furieuse,
Mais en vain. Je broyais ses flancs dans mes genoux ;
Alors elle me dit d’une voix gracieuse,
Plus claire que l’argent : « Maître, où donc allons-nous ?

— « Par-delà le soleil et par-delà l’espace,
Où Dieu n’arriverait qu’après l’éternité ;
Mais avant d’être au but ton aile sera lasse :
Car je veux voir mon rêve en sa réalité. »

Théophile Gautier (1811 – 1872), La Comédie de la Mort

https://i1.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/chimere.jpg

Elisabetta Trevisan (née en 1957), Chimera

Publicités

6 réflexions sur “La Chimère

  1. Superbe texte et cette peinture est magnifique ! En accord, comme toujours, c’est vrai !
    j’en profite pour te souhaiter de passer d’agréables fêtes en famille emplies de petits bonheurs et de grandes joies.
    A partager avec les amies qui passent par là.
    Tout le monde arrive ce midi, donc,je serai moins présente.
    Grosses bises

  2. très beau tableau et texte… et comme Edwige… j’en profite pour te souhaiter d’agréables fêtes de fin d’année… ainsi qu’à toutes les amies qui viennent à notre rendez-vous grâce à toi Agnès….bisous pleins d’amitié

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s