Aux femmes

Noyez dans un regard limpide, aérien,
Les douleurs.
Ne dites rien de mal, ne dites rien de bien,
Soyez fleurs.
Soyez fleurs : par ces temps enragés, enfumés
De charbon,
Soyez roses et lys. Et puis, aimez, aimez !
C’est si bon !…

Il y a la fleur, il y a la femme,
Il y a le bois où l’on peut courir
Il y a l’étang où l’on peut mourir.
Alors, que nous fait l’éloge ou le blâme ?

L’aurore naît et la mort vient.
Qu’ai-je fait de mal ou de bien ?
Je suis emporté par l’orage,
Riant, pleurant, mais jamais sage.

Ceux qui dédaignent les amours
Ont tort, ont tort,
Car le soleil brille toujours ;
La Mort, la Mort
Vient vite et les sentiers sont courts.

Comme tu souffres, mon pays,
Ô lumineuse, ô douce France,
Et tous les peuples ébahis
Ne comprennent pas ta souffrance.

Charles Cros (1842 – 1888), Le collier de griffes

https://i2.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/mucha_artist.JPG

Alfons Mucha (1860 – 1939), The Artist (détail)

Publicités

6 réflexions sur “Aux femmes

  1. coucou, il fait beau…merci pour ce rdv…le tableau est lumineux, magnifique….j’aime beaucoup…
    il fait soleil, bon dimanche à toutes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s