613

Es-tu triste, Yankel ? lui demanda-t-elle un matin au petit déjeuner.

Bien sûr, dit-il en lui portant des tronçons de melon à la bouche d’une cuiller tremblante.

Pourquoi ?

Parce que tu bavardes au lieu de manger ton petit déjeuner.

Étais-tu triste avant ?

Bien sûr.

Pourquoi ?

Parce que tu mangeais, au lieu de bavarder, et que je deviens triste quand je n’entends pas ta voix.

Quand tu regardes des gens danser, est-ce que cela te rend triste ?

Bien sûr.

Moi aussi, cela me rend triste. Pourquoi, d’après toi ?

Il l’embrassa sur le front, lui mit la main sous le menton. Il faut vraiment que tu manges, dit-il. Il est tard.

Trouves-tu que Bitzl Bitzl est une personne particulièrement triste ?

Je ne sais pas.

Et Shanda l’affligée ?

Oh oui, elle est particulièrement triste.

Elle, c’est une évidence, n’est-ce pas ? Et Shloim est-il triste ?

Qui sait ?

Les jumelles ?

Peut-être. Cela ne nous regarde pas.

Dieu est-il triste ?

Il faudrait qu’Il existe pour être triste, n’est-ce pas ?

Je sais, dit-elle en lui donnant une petite tape sur l’épaule. C’est pour ça que je t’ai posé la question, pour arriver peut-être à savoir enfin si tu es croyant !

Eh bien, je me contenterais de dire ceci : si Dieu existe, Il a beaucoup de raisons d’être triste. Et s’Il n’existe pas, ça doit Le rendre tout à fait triste, j’imagine. Alors pour répondre à ta question, Dieu est forcément triste.

Yankel ! Elle lui referma les bras autour du cou comme si elle tentait d’entrer en lui ou de le faire entrer en elle.

Brod découvrit 613 tristesses, chacune parfaitement unique, constituant chacune une émotion singulière, aussi peu semblable à toute autre tristesse qu’à la colère, l’extase, la culpabilité ou la frustration. La tristesse du miroir. La tristesse des oiseaux domestiques. La tristesse d’être triste devant son père ou sa mère. La tristesse de l’humour. La tristesse de l’amour qui ne trouve pas à s’épancher.

Jonathan Safran Foer (né en 1977), Tout est illuminé – traduction de Jacqueline Huet et Jean-Pierre Carasso

https://i2.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/chagall_chasse_oiseaux.jpg

Marc Chagall (1887 – 1985), La chasse aux oiseaux

Publicités

4 réflexions sur “613

  1. Très Beau texte ! je ne connais encore pas l’auteur ! Chagall, je n’aimais pas jeune mais avec le temps, je luit rouve une jeunesse et une fraîcheur extraordinaire ! Cette chasse aux oiseaux est très enlevée ! d’une grande lumière !
    Bon dimanche et grosses bises

    • J’ai découvert l’écrivain avec ce livre – et Chagall me semblait particulièrement indiqué. J’emprunterai Extrêmement fort et incroyablement près du même auteur à la médiathèque la prochaine fois. Gros bisous Edwige.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s