Cultures

Paradis perdu

Marie-Antoinette

reine de France, guillotinée sur ordre

du Tribunal révolutionnaire, 1793

 

doucement il effleure le bras de son épouse et

dans le couloir obscur ils hésitent à quelques

pas de moi cramponnée derrière eux au jupon

de nounou je sais que plus jamais jamais je ne

serai là en un moment pareil car il y a toujours

l’énorme troupeau d’oies de mes frères et

sœurs et toujours des courtisans et des

suivantes, je ne suis qu’une toute petite fille

une petite fille avec un luth dont je joue et des

souliers de satin aux semelles si fines et

élégantes que je sens les dalles glacées sous mes

orteils il effleure le bras de son épouse,lui

l’empereur d’Autriche, le roi de Jérusalem, de

Hongrie, de Bohème, de Dalmatie, de

Croatie, et plus encore, c’est tout ce dont je

me souviens, je suis petite si petite que je

pourrais entrer dans le ventre de mon luth et y

rester à regarder entre les cordes, il effleure le

bras de son épouse et il est mon père et elle est

ma mère l’impératrice d’Autriche et reine de

Jérusalem et de Hongrie etc. ses jupes sont

éblouissantes et gigantesques je pourrais vivre

dedans et y emmener mes trois chiens, mon

poney aussi et tous mes vêtements, les jupes

gênent mon père qui a effleuré le bras de ma

mère car il se penche très loin au-dessus et

manque de tomber mais elle se tourne vers lui

sachant qu’il est son bien-aimé et il l’embrasse

Robert Olen Butler (né en 1945), Mots de tête – traduction d’Isabelle Reinharez

 

https://i2.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/perronneau_mademoiselle_huquier.jpg

Jean-Baptiste Perronneau (1715 – 1783), La petite fille au chat (Mademoiselle Huquier)

8 réflexions au sujet de “Paradis perdu”

  1. Merci Agnès ! ce soleil du dimanche remplace celui du ciel absent ! Beau texte ! je vais vraiment acheter ce livre ! Le tableau est superbe !
    Bonne journée

  2. Merci Agnès ! Ce texte est très émouvant et traduit bien la fin du bonheur dans la vie de la petite princesse d’autant plus que nous savons comment cela s’est terminé….
    Juste une éclaircie momentanée dans l’Indre avec un vent très fort et froid mais nous ne sommes, après tout, que le 23 juin -;)
    Bises à toutes et bon dimanche.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s