Ara bleu

Un fier spécimen aux couleurs chatoyantes :

https://i2.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/ara_bleu_or_wordpress.JPG

La broderie fait 75 x 109 points et comporte 33 couleurs DMC. Le modèle est disponible dans la catégorie Oiseaux.

Publicités

Tourments

Elle avait ignoré jusqu’alors les inquiétudes mortelles de la défiance et de la jalousie ; elle n’avait pensé qu’à se défendre d’aimer M. de Nemours, et elle n’avait point encore commencé à craindre qu’il en aimât une autre. Quoique les soupçons que lui avait donnés cette lettre fussent effacés, ils ne laissèrent pas de lui ouvrir les yeux sur le hasard d’être trompée, et de lui donner des impressions de défiance et de jalousie qu’elle n’avait jamais eues. Elle fut étonnée de n’avoir point encore pensé combien il était peu vraisemblable qu’un homme comme M. de Nemours, qui avait toujours fait paraître tant de légèreté parmi les femmes, fût capable d’un attachement sincère et durable. Elle trouva qu’il était presque impossible qu’elle pût être contente de sa passion : mais, quand je le pourrais être, disait-elle, qu’en veux-je faire ? Veux-je la souffrir ? Veux-je y répondre ? Veux-je m’engager dans une galanterie ? Veux-je manquer à M. de Clèves ? Veux-je me manquer à moi-même ? Et veux-je enfin m’exposer aux cruels repentirs et aux mortelles douleurs que donne l’amour ? Je suis vaincue et surmontée par une inclination qui m’entraîne malgré moi ; toutes mes résolutions sont inutiles ; je pensai hier tout ce que je pense aujourd’hui, et je fais aujourd’hui tout le contraire de ce que je résolus hier : il faut m’arracher de la présence de M. de Nemours ; il faut m’en aller à la campagne, quelque bizarre que puisse paraître mon voyage ; et, si M. de Clèves s’opiniâtre à l’empêcher ou à en vouloir savoir les raisons, peut-être lui ferai-je le mal, et à moi-même aussi, de les lui apprendre. Elle demeura dans cette résolution, et passa tout le soir chez elle, sans aller savoir de madame la dauphine ce qui était arrivé de la fausse lettre du vidame.

Madame de La Fayette (1634 – 1693), La Princesse de Clèves

https://i2.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/nonchaloir.jpg

John Singer Sargent (1856 – 1925), Nonchaloir

Époustouflant

Aujourd’hui je souhaiterais vous montrer le travail d’Anne-Isabelle L., qui a eu la gentillesse de partager avec nous ses hospices de Beaune :

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/hospices_de_beaune_ail.jpg

Anne-Isabelle y a travaillé presque tous les jours depuis le 1er janvier 2013; des parties de l’ouvrage en détail :

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/hospices_de_beaune_ail_2.jpg

https://i1.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/hospices_de_beaune_ail_3.jpg

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/hospices_de_beaune_ail_4.jpg

Je suis admirative du travail accompli, vraiment – Anne-Isabelle, cela m’a fait très plaisir de recevoir votre photo, un grand merci à vous…

Spleen

Les roses étaient toutes rouges
Et les lierres étaient tout noirs.

Chère, pour peu que tu ne bouges,
Renaissent tous mes désespoirs.

Le ciel était trop bleu, trop tendre,
La mer trop verte et l’air trop doux.

Je crains toujours, – ce qu’est d’attendre !
Quelque fuite atroce de vous.

Du houx à la feuille vernie
Et du luisant buis je suis las,

Et de la campagne infinie
Et de tout, fors de vous, hélas !

Paul Verlaine (1844 – 1896), Romances sans paroles

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/blanche_odin_bouquet_de_roses.jpg

Blanche Odin (1865 – 1957), Bouquet de roses