Grêlon !

https://i1.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/grelon_2806.JPG

Intempéries sur le Nord-Isère; heureusement qu’il n’est pas tombé sur la voiture…

(J’ai extrait cette chose – oserais-je le dire à l’aide d’un sèche-cheveux et d’une masse – de la paroi qui est au fond de mon réfrigérateur, qui vit peut-être ses dernières semaines de conscience lucide…)

Une force qui va

https://i2.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/kipling_1.JPG

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/kipling_3.JPG

Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/kipling_4.JPG

Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/kipling_2.JPG

Sans un geste et sans un soupir […]

https://i1.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/kipling_entier.JPG

Tu seras un homme, mon fils.

Rudyard Kipling (1865 – 1936), Si – traduction d’André Maurois (1885 – 1967)

Nostalgie

Ô triste, triste était mon âme…

VII

Ô triste, triste était mon âme
À cause, à cause d’une femme.

Je ne me suis pas consolé
Bien que mon cœur s’en soit allé,

Bien que mon cœur, bien que mon âme
Eussent fui loin de cette femme.

Je ne me suis pas consolé
Bien que mon cœur s’en soit allé.

Et mon cœur, mon cœur trop sensible
Dit à mon âme : Est-il possible,

Est-il possible, — le fût-il, —
Ce fier exil, ce triste exil ?

Mon âme dit à mon cœur : Sais-je
Moi-même que nous veut ce piège

D’être présents bien qu’exilés,
Encore que loin en allés ?

Paul Verlaine (1844 – 1896), Romances sans paroles, « Ariettes oubliées »

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/destiny.jpg

John William Waterhouse (1849 – 1917), Destiny (détail)

Cormoran

Un nouvel oiseau brodé avec talent et célérité par Véronique T. :

https://i0.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/cormoran.JPG

Encore une fois, je suis charmée par la couleur choisie par Véronique, qui me fait penser à des reflets d’eau dansant sur le corps de l’animal…

Rossignol

Je vous ai parlé à plusieurs reprises du calendrier républicain de Martine L., une brodeuse pleine de talent, qui m’a fait l’honneur d’illustrer son vaste projet par plusieurs de mes grilles; la dernière en date est celle du rossignol :

https://i1.wp.com/sd-5.archive-host.com/membres/images/164353825412355948/rossignol_martine.jpg

Notre brodeuse m’a fourni quelques caractéristiques techniques concernant cet ouvrage : la toile utilisée est de l’Aïda 8 pts/cm; coloris crème. Le coton est du DMC. Les lettres sont extraites du livre de Valérie Lejeune : Le livre des lettres au point de croix, T.1, p.35, n° 54 (édition de Saxe 2000) et de 101 alphabets de Dale Burdett, p.14, 1990.

Merci à toi Martine pour ta fidélité 😉